illustration-prism

La vraie controverse du cloud souverain Français

Selon Gartner, le marché du cloud a connu une croissance de plus de 45% en 2012 avec près de 6,2 Md$ alors qu’en parallèle des études font état de freins à l’adoption du cloud. Les objections proviennent généralement des soupçons concernant le manque de sécurité mais aussi les niveaux de services souvent mal détaillés, voire non respectés par les fournisseurs.

En toile de fonds, c’est l’ombre de l’USA PATRIOT ACT qui sert de « repoussoir » pour les candidats aux offres américaines. Rappelons que le PATRIOT ACT accorde à l’Etat américain un droit de regard sur les données des entreprises américaines et leurs filiales, quelles que soient leurs localisations.

C’est dans ce contexte favorable pour des acteurs Européens que Numergy et Cloudwatt lancent leurs offres. Le projet est à l’initiative de l’Etat : créer un « cloud souverain » et concurrencer les géants Américains en jouant sur la corde sensible du PATRIOT ACT. Ces deux consortiums comptent comme actionnaires la Caisse des Dépôts et des industriels français (Orange et Thales pour Cloudwatt, SFR et Bull pour Numergy). Si leurs offres ne sont pas communiquées, leurs stratégies marketing sont clairement axées sur la sécurité des données et leurs localisations sur le territoire français.

Seulement le « cloud souverain » fait face à un épineux problème juridique : le principe du PATRIOT ACT s’applique également aux propriétaires de Datacenters en dehors du sol Américain du moment que ces derniers possèdent une succursale ou leur siège aux Etats Unis, or, Numergy jeune société dont SFR est actionnaire, l’opérateur étant lui-même filiale de Vivendilequel tombe sous le coup du PATRIOT ACT. Une structure capitaliste qui annulerait donc totalement la souveraineté présumée de Numergy.

Outre le malaise juridique que cela génère il subsiste également un problème éthique, surtout lorsque l’on sait que ces consortiums ont été financé par l’argent public Français à hauteur de 285M€.

Une chose est certaine, le « cloud souverain » n’a pas encore fini de faire jaser et de susciter les interrogations voire les colères.

Romain Cagnon

Catégorie: Actualités

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>